Le rêve d’une vie

Sonya Esman

Ce matin, j’ai eu envie de partager un extrait des travaux d’Alan Watts, un philosophe qui m’a énormément inspiré à travers ses nombreux livres qui traitent d’identité visuelle, de la conscience, de la véritable nature des choses et de la recherche du bonheur. C’était inévitable que je sois séduite. Et je voulais partager un extrait qui, pour moi, représente assez bien la façon qu’il avait de voir le monde. Et puis, je suis tombée sur la vidéo d’une globe-trotteuse/modeuse (Sonya Esman) que j’admire beaucoup et j’ai été subjugué par la façon dont elle a parfaitement illustré les propos de cet homme qui nous parait si singulier. Je propose aux dégoûtées de l’anglais une traduction qui met plus en avant l’esprit du texte que la signification précise des mots. Je serai la plus heureuse du monde si vous me laissiez vos impressions en commentaire !

Si vous vous libérez de cette illusion et que vous comprenez que blanc implique noir, que je implique tu, que la vie implique la mort (ou devrais-je dire la mort implique la vie), vous parviendrez à faire l’expérience de vous-même. Pas comme une personne étrangère à ce monde, pas comme quelque chose qui est mise à l’épreuve et qui est arrivé dans ce monde par un extraordinaire hasard. Vous pourriez faire l’expérience de votre propre existence comme quelque chose d’absolument fondamentale.
 
Je n’essaie pas de vous vendre cette idée dans le sens où je n’essaie pas de faire que vous l’acceptiez. Je veux que vous jouez avec. Je veux que vous réfléchissiez à toutes les possibilités qu’elle vous offre. Je n’essaie pas de la démontrer. Je la présente simplement comme une autre façon de percevoir la vie.
 
Alors, supposons que vous soyez capable, chaque nuit, de rêver de ce qui vous plaît et que vous ayez, par exemple, le pouvoir de rêver de 75 ans de vie ou de n’importe quelle durée qui vous plaît. Dès lors, vous pourrez, naturellement, satisfaire tous vos désirs. Vous pourrez faire l’expérience de n’importe quel plaisir durant votre sommeil. Et après plusieurs nuits passées à rêver de 75 années de plaisir, vous diriez « Bon, c’était pas mal. Mais maintenant, laissons-nous surprendre, laissons-nous porter par un rêve que nous ne contrôlons pas. Un rêve dans lequel arrivera quelque chose que je ne sais pas. »
 
Alors, vous vous interrogeriez et vous sortirez de cette expérience en disant « Wow, je l’ai échappée belle ». Ensuite, vous serez de plus en plus ambitieux et vous pousserez toujours plus loin le rêve dont vous faite l’expérience. Et finalement, vous rêveriez de là où vous êtes. Vous ferez le rêve de la vie que vous menez actuellement. Et ce parmi l’infini multiplicité des choix que vous auriez. Vous aurez le choix de faire comme si vous n’étiez pas Dieu, parce que selon cette idée c’est là toute la particularité de la divinité. Selon cette idée donc, chaque personne incarne l’ultime réalité [des choses]; pas Dieu dans le sens politiquement royal du terme mais Dieu comme synonyme de l’origine, de la base de toute chose. Et vous êtes tout ça mais vous êtes le seul à prétendre le contraire.

Autrement dit, vous êtes seul maître de votre bonheur !

PS : J’attends tes critiques Jules !

Mille baisers, Gé.

Exprimez-vous !

  • C’est juste tellement beau, la vidéo est sublime avec la musique en fond <3 Je ne connaissais pas du tout Alan Watts et le texte, qui s’appelle en plus « The Dream of Life », ça me parle au plus profond de moi-même, je l’écoute en boucle depuis 10min et ça m’apaise. C’est assez difficile à expliquer mais ça me touche vraiment, j’admire sa vision de la vie (et ça me donne vraiment envie d’arrêter de procrastiner et de me bouger pour créer mon bonheur au lieu de l’attendre sans rien faire). Merci infiniment pour cette découverte Jorgie <3

    Le « PS: J’attends tes critiques Jules ! » m’a fait sourire 😉 <3

    • Mon seul but est de m’inspirer et d’inspirer les autres à tout donner pour vivre les rêves dont ils font l’expérience ! Et si ça résonne tout au fond, c’est mission réussie pour moi !