Comment tenir un carnet de croquis ?

Le carnet de croquis est un véritable laboratoire d’essai que l’on transporte partout avec soi. Pour en faire un atout pour les entretiens d’admissions en écoles d’art ou prépas, il est conseillé de le rendre plastiquement intéressant.

Et pour ça, il faut y être audacieux et expérimental. Varier les supports, les techniques, les mises en pages, les échelles de dessin et les angles de vue… Comment tenir un carnet de croquis ? Voilà ce dont on va parler !

Varier les supports

Il ne s’agit pas ici de dessiner sur autre chose que du papier. Vous pouvez bien sûr, mais ce n’est pas nécessaire.

En revanche, on pourra agir sur la couleur du papier, son format et son grammage. Il n’y a aucune obligation à se cantonner au papier blanc, A4, 90g. Les choix sont multiples :

– couleur du papier : noir, coloré, kraft
– format : A6, A5, A4 (maximum pour un carnet)
– grammage : de 90g à 200g voire plus (aquarelle et peinture)

Varier les techniques

Plus vous vous éloignerez de votre crayon HB, mieux ce sera ! Rien de mieux que d’explorer librement les nombreux outils plastiques à votre disposition pour faire les plus originaux des croquis ! Feutre tubulaire à point fine, encre de chine, encre Colorex, crayons de couleurs, gouache, acrylique, aquarelle, fusain, sanguine…

La liste est longue et les possibilités multiples ! Vous pouvez utiliser exclusivement un outil ou, mieux encore, exploiter les associations d’outils les plus audacieux.

Varier les mises en page

Facile. Format portrait, paysage. En diagonale, à l’envers, penché, superposition de croquis… Expérimentez !

Varier les échelles et les angles de vue

Tout est dit dans le titre. Si on peut faire des croquis pleine page, on peut être plus audacieux en jouant sur les vides, en superposant les croquis grâce à un jeu d’échelle (c’est-à-dire la taille des croquis). Pour les angles de vue : plongé, contre-plongé, la partie pour le tout…

« La partie pour le tout ? » me direz-vous. Oui, c’est-à-dire dessiner des mains expressives ou des pieds expressifs pour donner à voir un personnage anxieux, timide ou en colère sans dessiner son visage ou son corps entier.

Varier les thèmes

Un thème est un guide pour le choix de vos observations et un axe de réflexion et d’expérimentations qui amènent à considérer différentes approches. Pour commencer un carnet thématique, idéalement en parallèle du carnet libre, le thème doit être déterminé en amont.

Exemples de thèmes : le presque-rien, jour/ nuit, parcours, ville/ nature, vie de trottoir, échanges et communication, l’intime et le collectif, dedans/ dehors, le temps, animal, de près/ de loin, objet/ usage, etc.

Les bonnes pratiques

Idéalement, il faut essayer de ne jamais arracher un croquis. Dessiner, c’est se considérer comme créatif. Et si vous êtes créatif, vous devez être capable de transformer un accident en quelque chose de plus créatif encore. Être flexible, c’est la clé pour être moins frustré et progresser plus vite !

Il est bon d’exercer son trait pour découvrir des nouveaux styles et ou de stimuler sa créativité. Trait continu, trait raide, trait lâche, double trait, triple trait, etc.

Je désespère de trouver des visuels qui puissent servir d’exemples pour les prochaines vidéos. Alors, si vous avez des croquis qui peuvent servir d’exemples pour les points ci-dessus, merci de les envoyer par mail ou via les réseaux :
– par mail : genevieve@couleursdete.fr (Objet: Archives Croquis)
– via les réseaux : en mentionnant @couleursdete et/ou avec le hastag #CDTArchives
Vous serez bien sûr crédité et vigoureusement remercié !

+ Abonnez-vous à la newsletter en un clic !

Mille baisers, Gé.

Exprimez-vous !

  • Coucou Gé!
    Quel plaisir de te retrouver. Je t’avais perdu dans mes abonnements et là je suis trop contente de t’avoir retrouvée.
    Je le suis d’autant plus quand je vois que tu fais des études d’art et que tu partages ta passion.
    Gros bisous et continue comme ça!